Société Montesquieu
 

Lettre d’information n° 12 (2004)

Vie de la Société

Conseil d’Administration

Le Conseil d’admi­nis­tra­tion s’est réuni le ven­dredi 30 jan­vier 2004 à 15 heu­res à la Maison Heine de la Cité Universitaire de Paris, sous la pré­si­dence de Catherine Volpilhac-Auger.

Présents : P. Andrivet, L. Bianchi, C. Courtney, J-P. Courtois, C. Dornier, B. Falk, C. Larrère, C. Lauriol, Ch. Martin, E. Mass, A. Postigliola, P. Rétat, C. Volpilhac-Auger.

Excusés : D. Felice, R. Minuti, C. Spector.

1°) Fonctionnement de la Société

Le Conseil cons­tate avec regret l’absence de can­di­da­ture au poste clef de secré­taire géné­ral. Diverses bon­nes volon­tés se pro­po­sent pour pal­lier ponc­tuel­le­ment cette carence.

2°) Eléments du rapport moral et du rapport financier

La Présidente rap­pelle les points forts de l’année écoulée. Le tré­so­rier P. Andrivet pré­sente les comp­tes de l’année 2003 qui font appa­raî­tre notam­ment une sta­bi­lité du nom­bre des coti­sants. Le Conseil s’inter­roge sur les réper­cus­sions néga­ti­ves, sur ce nom­bre, de l’absence de revue en 2003. Par ailleurs les réduc­tions impor­tan­tes accor­dées aux socié­tai­res sur cha­que nou­veau volume des OC n’ont entraîné aucune nou­velle adhé­sion - ce qui aurait pu nous met­tre en dif­fi­culté avec l’éditeur. Le tré­so­rier pro­pose ensuite un pro­jet de bud­get pour 2004. Après dis­cus­sion, le Conseil approuve à l’una­ni­mité ces deux docu­ments qui seront sou­mis à l’Assemblée géné­rale.

3°) Revue Montesquieu

La Présidente résume les négo­cia­tions enga­gées avec les éditions Droz à Genève. Elle cons­tate l’absence d’un secré­taire de rédac­tion et le man­que de pro­po­si­tion d’arti­cles de qua­lité en nom­bre suf­fi­sant. Elle fait état de deux réu­nions du comité de rédac­tion (avril et octo­bre 2003 ; à l’issue de la pre­mière il avait été envi­sagé de renon­cer à un accord avec Droz), et pré­sente les pro­po­si­tions qu’il sou­met à l’exa­men du Conseil. La Revue, dont l’impor­tance pour la Société est consi­dé­ra­ble, ne paraî­trait que tous les deux ans ; le site de la Société abri­te­rait des résu­més d’arti­cles avant même leur publi­ca­tion, ainsi que la biblio­gra­phie annuelle et la « Chronique » de Jean Ehrard. Pour en main­te­nir le niveau, elle serait ouverte aux jeu­nes cher­cheurs fran­çais ou étrangers pour des arti­cles rele­vant d’une vraie acti­vité de recher­che, dans le domaine des idées poli­ti­ques et plus seu­le­ment en étant expli­ci­te­ment cen­trée sur Montesquieu. Pour en assu­rer la dif­fu­sion, la publi­ca­tion serait assu­rée par la Librairie Droz. Certains aspects finan­ciers comme le sort réservé à diver­ses deman­des de sub­ven­tion doi­vent encore être appro­fon­dis. Après dis­cus­sion et amen­de­ment, la pro­po­si­tion de fonc­tion­ne­ment de la Revue est approu­vée à l’una­ni­mité par le Conseil. Le Conseil exa­mine ensuite la pro­po­si­tion de règle­ment inté­rieur de la Revue et lui apporte divers amen­de­ments. Le règle­ment défi­ni­tif joint en annexe est approuvé à l’una­ni­mité, et sera placé sur le site de la Société (voir Rubrique : Revue). Il pré­voit un comité scien­ti­fi­que qui garan­tira le niveau de la Revue, un comité de rédac­tion et un comité de lec­ture. Le renou­vel­le­ment de ces ins­tan­ces s’effec­tuera tous les qua­tre ans. Des noms sont avan­cés pour le comité scien­ti­fi­que. Les mem­bres du Conseil d’admi­nis­tra­tion cons­ti­tuent le comité de lec­ture.

4°) Cahiers Montesquieu

CM 8 (Georges Benrekassa, Les Manuscrits de Montesquieu : secré­tai­res, écritures, data­tions) : les pre­miè­res épreuves sont cor­ri­gées ; sor­tie pré­vue au prin­temps 2004. CM 9 : ces actes du col­lo­que de Bordeaux (éd. Catherine Larrère) deman­dent un lourd tra­vail d’har­mo­ni­sa­tion ; sor­tie pré­vue à l’automne 2004. Apparaît la néces­sité d’établir une liste des éditions de réfé­rence des œuvres de Montesquieu recom­man­dées au moins aux col­la­bo­ra­teurs euro­péens des CM (pour les éditions des Pensées par exem­ple) ; C. Larrère accepte cette tâche. Cette liste sera mise sur le site de la Société.

5°) Montesquieu 2005

Plusieurs pro­jets pour la com­mé­mo­ra­tion du 250e anni­ver­saire de la mort de Montesquieu ont été annon­cés : Académie de Berlin, Oxford, Société amé­ri­caine. Un col­lo­que sur “Montesquieu et le 3e mil­lé­naire” sera orga­nisé à Potsdam du 15 au 17 sep­tem­bre 2005. La Société orga­nise ou par­ti­cipe à l’orga­ni­sa­tion de plu­sieurs mani­fes­ta­tions : une jour­née d’étude sur l’esthé­ti­que de Montesquieu à Clermont en mars 2005, une autre à la Bibliothèque natio­nale fin novem­bre ou début décem­bre 2005. J. Ehrard, qui élabore au nom de la Société en col­la­bo­ra­tion avec des uni­ver­si­tai­res bul­ga­res un col­lo­que à Sofia à l’automne, pré­sente un pro­jet sur ce thème : “Montesquieu, l’État et la Religion”. Avec quel­ques modi­fi­ca­tions, le Conseil approuve ce pro­jet et en fixe la date au 30 sep­tem­bre et 1er octo­bre 2005 (Voir ci-des­sous avant-pro­jet et appel à com­mu­ni­ca­tions pour ce col­lo­que.) D’autres mani­fes­ta­tions auront lieu, dont la Société Montesquieu infor­mera ses mem­bres sur le site web (voir ci-des­sous), au fur et à mesure qu’elle en sera infor­mée. Celles-ci sont réca­pi­tu­lées dans la rubri­que « Montesquieu 2005 »

6°) Site Web

Un nou­veau site de la Société est en cours de réa­li­sa­tion à l’ENS Lettres et scien­ces humai­nes de Lyon (http://mon­tes­quieu.ens-lsh.fr) sous la res­pon­sa­bi­lité d’O. Laurini. Une réflexion se pour­suit sur son contenu et sa mise à jour : sta­tuts de la Société, liste de ses mem­bres, nor­mes de publi­ca­tion de la Revue avec son règle­ment inté­rieur, biblio­gra­phie depuis le début de la Revue, annon­ces d’arti­cles et de mani­fes­ta­tions, etc..

L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 18 h 30.

Assemblée générale

L’assem­blée géné­rale, réu­nie dans la Grande salle de la Maison Henri Heine, est ouverte par quel­ques mots de bien­ve­nue de la direc­trice de l’établissement, qui a géné­reu­se­ment accueilli tou­tes les réu­nions de la Société. Elle se pour­suit avec la pré­sen­ta­tion du rap­port moral, suivi du rap­port finan­cier (ci-après). L’assem­blée géné­rale est sui­vie par la confé­rence de Denis de Casabianca, « Le regard dans L’Esprit des lois ».

Rapport moral 2003

L’année 2002 s’était ter­mi­née pour la Société Montesquieu par une période dif­fi­cile : le poids des res­pon­sa­bi­li­tés s’étant accru avec la mul­ti­pli­ca­tion des acti­vi­tés, c’est l’exis­tence même de la Société qui était mena­cée, et il fal­lait en tout état de cause envi­sa­ger une réor­ga­ni­sa­tion de son fonc­tion­ne­ment. Sans que l’on puisse dire actuel­le­ment que la crise est sur­mon­tée, il appa­raît cepen­dant que les dif­fi­cultés sont en passe d’être résor­bées : des bon­nes volon­tés se sont mani­fes­tées, preuve qu’il exis­tait au sein de son Conseil d’admi­nis­tra­tion à la fois une véri­ta­ble volonté de la faire vivre et un dévoue­ment à la col­lec­ti­vité. Sans un tel dévoue­ment, une asso­cia­tion telle que la nôtre ne peut se déve­lop­per ni même sur­vi­vre. Ce rap­port moral sera donc aussi l’occa­sion de saluer ceux qui contri­buent à assu­rer l’ave­nir de la Société Montesquieu, en se char­geant de tâches par­fois ingra­tes mais indis­pen­sa­bles.

Selon une alter­nance que l’on fait régu­liè­re­ment remar­quer, la Société Montesquieu a connu en 2003 une année appa­rem­ment tran­quille, mais en fait fort stu­dieuse, qui doit se tra­duire par un regain de publi­ca­tions l’année sui­vante. Le point majeur est cepen­dant la régu­la­rité qui va main­te­nant carac­té­ri­ser la publi­ca­tion des Œuvres com­plè­tes : après des débuts dif­fi­ci­les, où l’on avait vu sor­tir envi­ron un volume tous les deux ans, on arrive à un volume par an, le Spicilège en 2002, les Œuvres et écrits divers en 2003, bien­tôt (juin 2004) les Lettres per­sa­nes, pré­cé­dées des intro­duc­tions géné­ra­les (tome I). Pour 2005 sont annon­cés les deux tomes de la Collectio juris. La publi­ca­tion des Œuvres com­plè­tes cons­ti­tue la pre­mière rai­son d’être de la Société Montesquieu, et à ce titre l’ins­tau­ra­tion de nou­veaux modes de fonc­tion­ne­ment, plus rigou­reux, mérite d’être signa­lée. On signa­lera aussi à quel point la col­la­bo­ra­tion avec l’UMR 5037 (ENS-LSH, Lyon) est fruc­tueuse : la coor­di­na­tion éditoriale est désor­mais assu­rée par Caroline Verdier, ingé­nieur d’étude au CNRS, rat­ta­chée à cette UMR. Mais tous les volu­mes actuel­le­ment sous presse ont aussi béné­fi­cié du tra­vail pré­pa­ra­toire de l’UMR LIRE (Yvette Chiffre, Grenoble 3). Cette régu­la­rité est un point de satis­fac­tion impor­tant.

L’année 2003 a aussi été une année de pré­pa­ra­tion pour plu­sieurs publi­ca­tions : le Cahier Montesquieu n° 8, dû à Georges Benrekassa, Secrétaires, écritures, data­tions, est sous presse (il est attendu pour le prin­temps 2004) ; le n° 9, dirigé par Catherine Larrère (actes du col­lo­que de Bordeaux, Montesquieu, œuvre ouverte ? Montesquieu après 1748), sera imprimé à la fin de l’année 2004. La res­pon­sa­bi­lité éditoriale des Cahiers a été confiée à Carole Dornier, qui doit aussi s’occu­per des rela­tions avec l’éditeur.

Le Cahier n° 9 sera adressé à tous les socié­tai­res, pour com­pen­ser ce qui doit être compté comme un point noir de notre bilan de cette année : l’absence de numéro 7 (2003) de la Revue Montesquieu. Après une année de réflexion, il est apparu que le poids finan­cier de cette publi­ca­tion et la dif­fi­culté à trou­ver cha­que année un nom­bre suf­fi­sant de bons arti­cles ne repré­sen­taient pas des obs­ta­cles insur­mon­ta­bles : on se pro­pose donc désor­mais un numéro tous les deux ans. Christophe Martin a accepté la tâche de secré­ta­riat de rédac­tion pour l’échéance pro­chaine, Céline Spector pour la sui­vante. Les négo­cia­tions avec Droz envi­sa­gées début 2003 vont donc pou­voir repren­dre, et nous espé­rons sor­tir le numéro 7 en 2004. Ce numéro sera consa­cré aux Pensées, aux­quel­les a été consa­cré fin 2003 à Naples un sémi­naire, dans la pers­pec­tive de la pré­pa­ra­tion de l’édition, sous la direc­tion de Carole Dornier. La Revue en per­met­tra une publi­ca­tion rapide, tout en jouant le rôle indis­pen­sa­ble de com­plé­ment de l’édition. Le bilan ne serait pas com­plet si l’on ne men­tion­nait pas les pro­jets aux­quels on a com­mencé à tra­vailler acti­ve­ment dès 2003, et qui ne seront réa­li­sés qu’en 2004 et 2005. Le début de l’année 2004 a vu l’ouver­ture du nou­veau site Montesquieu (http://mon­tes­quieu.ens-lsh.fr), conçu par Pierre Mounier (ENS-LSH) et placé sous la res­pon­sa­bi­lité d’Olivier Laurini. Quant à 2005, ce sera une année de com­mé­mo­ra­tion, mar­quée par plu­sieurs col­lo­ques dont on trou­vera la liste dans le compte rendu du Conseil d’admi­nis­tra­tion. Il sera impor­tant que la Société Montesquieu, for­te­ment sol­li­ci­tée, puisse jouer son rôle tout en main­te­nant ses acti­vi­tés éditoriales. La relève étant désor­mais assu­rée, on peut envi­sa­ger avec opti­misme une telle pers­pec­tive.

Constitution des différents conseils

Conseil d’administration

Bureau

Président d’hon­neur : Jean Ehrard

Président : Catherine Volpilhac-Auger

Vice-pré­si­dents : Cecil P. Courtney, Edgar Mass, Alberto Postigliola

Secrétaire géné­ral : Lorenzo Bianchi Secrétaire géné­ral adjoint : M.-G. Bottaro-Palumbo

Trésorier : Patrick Andrivet Trésorier adjoint : Rolando Minuti

Autres membres

Maria-Grazia Bottaro-Palumbo, Jean-Patrice Courtois, Carole Dornier, Berthold Falk, Domenico Felice, Catherine Larrère, Claude Lauriol, Christophe Martin, Sheila Mason, Michel Porret, Pierre Rétat, Céline Spector.

Conseil scientifique

Membres :

Lorenzo Bianchi, Andrew Brown, Hélène de Bellaigue, Jean-Patrice Courtois, Sergio Cotta, Cecil P. Courtney, Nicholas Cronk, Jean Ehrard, Domenico Felice, Catherine Larrère, Edgar Mass, Rolando Minuti, Alberto Postigliola, Pierre Rétat, Catherine Volpilhac-Auger, Françoise Weil.