Société Montesquieu
 

Nouvelle publication : Stéphane Bonnet, Des nouveautés très anciennes. L’Esprit des lois et la tradition de la jurisprudence

Paris, Éditions de la Sorbonne, « La philosophie à l’œuvre », 2020

Stéphane Bonnet, Des nou­veau­tés très ancien­nes. L’Esprit des lois et la tra­di­tion de la juris­pru­dence, Paris, Éditions de la Sorbonne, « La phi­lo­so­phie à l’œuvre », 2020, 374 pages (ISBN 979-10-351-0537-2).

Que Montesquieu ait le genre d’esprit de Montaigne, comme on a pu le dire à pro­pos de l’auteur de L’Esprit des lois, signi­fie en pre­mier lieu que l’his­toire de tous les hom­mes qui ont vécu s’offre d’abord pour lui comme une sorte de pré­sent uni­ver­sel. L’écoulement tem­po­rel n’impli­que pas­que l’his­toire du monde soit par­ta­gée en époques. Et les faits his­to­ri­ques se dis­po­sent dans un milieu tem­po­rel homo­gène. Ainsi Montesquieu rompt radi­ca­le­ment avec la concep­tion chré­tienne de l’his­toire qui sup­pose, quant à elle, des époques et donc une alté­ra­tion radi­cale de notre rap­port au temps his­to­ri­que à par­tir de la venue du Christ.

Mais Montesquieu pense évidemment le rap­port de l’avant et de l’après, la dif­fé­rence de l’Ancien et du Moderne. L’enjeu est alors de com­pren­dre com­ment cette dif­fé­rence peut être prise en compte sans faire inter­ve­nir un par­tage des époques de l’his­toire uni­ver­selle. Montesquieu est un juris­consulte et un his­to­rien du droit. Et c’est dans la connais­sance du droit fran­çais et du droit romain, de leur filia­tion, qu’il trouve les concepts qui pré­si­dent à l’inter­pré­ta­tion de l’his­toire. Il y décou­vre en par­ti­cu­lier un modèle de pro­duc­tion du droit qui est celui de l’équité romaine et du droit pré­to­rien ainsi qu’une cer­taine idée de la nou­veauté qui se mani­feste comme retour d’un passé occulté et non sous la forme d’un com­men­ce­ment absolu.

Sous cette dou­ble hypo­thèse, les concepts de la phi­lo­so­phie poli­ti­que et les faits de l’his­toire uni­ver­selle s’ordon­nent dans l’Esprit des lois en vue de la cons­ti­tu­tion d’une summa ratio qui n’est pas celle d’un légis­la­teur, mais plu­tôt de l’esprit légis­la­teur à l’œuvre dans l’his­toire.

L’auteur Stéphane Bonnet est pro­fes­seur de phi­lo­so­phie au lycée Victor-Hugo à Paris et mem­bre asso­cié du CHPM de l’uni­ver­sité Paris I - Panthéon-Sorbonne. En 2012, il a publié Droit et rai­son d’État chez Classiques Garnier et, en 2020, Les lois de la déso­béis­sance aux PUF.