Société Montesquieu
 

Fontainebleau, 6 juillet 2019, 14h30 : une lettre du roi Stanislas à Montesquieu (?) en vente

Osenat

La mai­son Osenat offre en vente le 6 juillet 2019 une let­tre du roi Stanislas, datée du 1er décem­bre 1750 (lot n° 41) ; celui-ci remer­cie le des­ti­na­taire (dont le nom n’appa­raît pas) de l’envoi d’un ouvrage qui a « reçeu l’aplau­dys­se­ment géné­ral de toutte la France ».

L’iden­ti­fi­ca­tion de ce des­ti­na­taire avec Montesquieu, auteur en 1750 de la Défense de l’Esprit des lois, sans être impos­si­ble, est dou­teuse.

La let­tre elle-même ne com­porte aucun élément d’iden­ti­fi­ca­tion ; les com­pli­ments sont vagues. S’il s’agis­sait de la Défense, n’y aurait-il pas eu au moins une allu­sion au fait qu’il s’agit d’une apo­lo­gie pleine d’iro­nie et de mor­dant, qui répond à des atta­ques viru­len­tes ?

Mais sur­tout on peut se deman­der pour­quoi Montesquieu, qui a séjourné à la cour de Lunéville en juin 1747 et qui connaît bien le roi Stanislas1, aurait attendu novem­bre 1750 pour envoyer à un per­son­nage aussi impor­tant un ouvrage dont il inonde ses cor­res­pon­dants dans toute l’Europe dès le mois de février2.

La pru­dence s’impose donc.

Voir ses Souvenirs de la cour de Stanislas Leczinski (éd. Jonas Steffen, OC, t. IX, Voltaire Foundation, 2006, p. 297-304).

Voir la lettre de Jamerey-Duval, à Vienne, au marquis de Stainville, le 26 juin 1750 : « l’exemplaire que V.E. a eu la bonté de m’envoyer est le 4e qu’on m’a donné gratuitement. » (OC, t. XX, p. 360, à paraître).

Livres et manuscrits - Souvenirs historiques